Retour à la montagne

Ces diables bondiants aux yeux cru, n’étaient autres que des hermines. Elles nichaient sous une pierre et se nouaient de mulo auxquels elles donnaient la chae toutes les nuits ce qui expliquait les sa infernales qui troublaient le silen de la cabane. Elles pénétraient dans le refuge par de petites entr invisibles qu'elles avaient rongées et venaient prendre leur de parmi les re de pâtes et de pain qui traînaient dans le buff. Au cours de ses promenades, Brigitte les rencontrait, alors elles disparaiaient dans la première fi venue; c'était une partie de cache-cache qui durait parfois lon et qui meublait l'aente.