Le grand pin et le bouleau

Il y a bien lon, avant que les hommes n’arrivent dans le pays, les arbres étaient capables de parler. Le bruiement de leurs feui était leur langage calme et repos. Lorsqu’ils agitaient leurs branches en tous sens dans le vent vi, leurs paroles étaient des dis pleins de courage ou remplis de peur.
La forêt était pe d’une multitude d’arbres de toutes sortes. L’é laissait couler sa sève sucrée pour les oiseaux as. Un grand nombre d’oiseaux nichaient dans ses branches. Les merles venaient déposer leurs petits œufs bleu dans des nids bien ins. L’érable les protégeait du vent et de la pluie, toujours pr à rendre service. Il était respecté aux a.