Le retour des fleurs

Un grand ma s’abait sur la nature ; toutes les fleurs, ce des bois, celles des pr, celles des co, celles des bords de mer, celles du long des ri et celles des lacs moururent ins. Il n’y en eut pas une seule qui survécut. Le pays, ja si beau et si fleuri devint rapidement un dé. Tous les animaux, les oiseaux, les papillons, les in s’enfuirent après la mort des fleurs. Pour voir les fleurs, les h ne pouvaient user que de leur imagination. Mais les enfants, qui n’avaient jamais connu ces mer, ne voulaient pas croire les an.