La chute des feuilles

C’est une belle journ d’auto. On se croirait en été mais les feui tombent. Sur le tap de feuilles mortes qui craquent sur les pas, d’autres feuilles tobent. Elles tombent lentement, mais conti et sont brûl par la gel de la nuit.
Sèche et couleur de rouille, elles tiennent plus aux arbres qu’à p, et, si léger que soit le soule du vent, il les c l’une après l’autre. Se détachant de la branche, tour un ins dans la lumière dorée, elles rejoignent enfin, avec un petit brui triste, leurs sœurs déjà flétr qui jonchent le sable de l’all.